Criar um Site Grátis Fantástico
Regarder en ligne 388 Arletta Avenue FULLHD

388 Arletta Avenue

un peu lent mais pas mal, je préfère largement Caché de Haneke, dans le genre harcèlement et surveillance 3/5

388 Arletta Avenue a d'original, sa prise de risque artistique. en utilisant le procédé du found footage propre au cinéma d'épouvante, il donne à son thriller une particularité étonnante mais aussi pernicieuse. James et Amy ressemblent au couple lambda, ils vivent à Toronto dans une banlieue cossue et surtout ils s'aiment. Cependant, ils sont espionnés par un harceleur rusé.
Les premiers instants ne laissent pas de doute, Randall Cole choisit de filmer à la manière subjective ou dans certaines séquences il utilise des plans de caméras cachées ici ou là. Le résultat est mitigé, si la méthode renforce le caractère énigmatique du personnage qui s'adonne à cette pratique, une aura mystérieuse le rendant ainsi vraiment intéressant, il n'en est pas de même pour le reste. C'est bien l'interprétation des autres qui en pâtit. en effet, les angles de caméra (entre contre-plongées, contre-champs. ) altèrent les performances visibles des acteurs. On perçoit bien par moments la paranoïa ou la tension chez Nick Stahl mais jamais en sorte que l'on soit saisit par elles. D'ailleurs, on est jamais vraiment angoissé. Un autre point positif, c'est la manière dont le spectateur se fait une idée plus précise du personnage principal à mesure que le scénario avance. Le rythme du métrage n'est pas mal du tout mais souffre d'une composition artificielle à l'image de la mise en scène. Pour finir, on peut rester perplexe en face d'incohérences évidentes. Produit par un réalisateur que j'apprécie beaucoup, Vincenzo Natali (Cube, Cypher), 388 Arletta Avenue n'est pas mauvais, il est franchement regardable et il s'oublie très vite. 2,5/5

inintéressant voire inutile sauf pour donner des mauvaises idées à des gens déjà détraqués du ciboulot, je vois pas quel plaisir on peux avoir à mater ce genre de daube et je parle même pas de la fin, aucune morale. je déteste ces films qui me laissent sur ma faim.